23.06.2016

Quand la compétence fait école

Le congrès des conducteurs de balayeuses chez Aebi Schmidt Schweiz

 

Lorsque la propreté des rues et des voies est au cœur de l’attention pendant trois jours à Hochdorf, dans le canton de Lucerne, cela signifie que le congrès des conducteurs de balayeuses est de retour. Cette manifestation spécialisée biennale est désormais une institution pour les clients des quatre coins de la Suisse, et a atteint cette année encore un taux de fréquentation record. Ce sont environ 415 acteurs de dépôts et de voirie de toute la Suisse et de l’Autriche qui ont répondu à l’invitation de Aebi Schmidt Schweiz, afin de récolter des informations directement au centre de compétences sur les balayeuses et de se former sur le thème de la technologie de balayage.

«Pour nous, la relation client ne s’arrête pas à l’achat de la balayeuse. Au contraire, elle ne fait que commencer,» déclare Guido Anderhub, conseiller de vente et expert en balayeuses depuis 44 ans chez Aebi Schmidt Schweiz. «La technique des machines est de plus en plus complexe et les exigences sont de plus en plus hautes. Des durées d’utilisation atteignant 8 heures par jour en charge complète, 7 jours par semaine, sont bien souvent la règle. Il n’est pas rare pour une balayeuse de dépasser 10 000 heures de fonctionnement dans sa vie. Avec l’équivalent de 48 km par heure de fonctionnement, cela correspond au kilométrage impressionnant de 12 tours du monde. Cela ne nécessite pas uniquement une grande qualité des matériaux, mais aussi une grande compétence de l’utilisateur au quotidien ainsi que le savoir-faire correspondant quant à l’entretien et à la maintenance. Notre philosophie est donc de faire de nos clients eux-mêmes des experts concernant l’entretien des machines afin de réduire leurs frais d’entretien et de maintenance externe.»

Sur six postes, une formation sur le dépannage, la maintenance, l’entretien ou la prise en charge de la garantie est dispensée. Les démonstrations n’ont, bien sûr, pas été uniquement réalisées avec les modèles dernier cri de balayeuses, mais aussi et surtout sur des appareils des générations moins récentes. Des employés de maintenance ou du service clientèle montraient comment nettoyer facilement la grille à feuilles, vérifier le fluide hydraulique ou changer le filtre à eau sans répandre d’eau hors du réservoir.

«Quelques collègues de la maintenance ou de l’atelier font partie de l’entreprise, comme moi, depuis plusieurs décennies,» déclare Guido Anderhub. «Avec autant d’années, on a accumulé un certain savoir que nous transmettons avec plaisir à nos clients.»

Lors de la démonstration sur la zone de tests, le public a pu découvrir la dernière génération de balayeuses compactes, la MFH CS250, et son fonctionnement en direct. Ces dernières disposent d’une nouvelle combinaison d’un système de recirculation d’eau sous pression et d’un système de recirculation d’air Koanda. Les émissions de particules fines nocives à la santé sont ainsi réduites de près de 95 %, ce qui fait de la MFH CS250 la balayeuse compacte la plus écologique du marché. La consommation d’eau lors du balayage est réduite de façon importante, tout comme les émissions sonores. Mais aussi, il est également possible d‘effectuer un balayage même par des températures un peu en dessous de zéro, et ce sans problème. Grâce au nouveau système d’eau intelligent, la machine est encore plus efficace et économe en ressources qu’auparavant: des interventions de balayage plus longues sont possibles, car il n’est pas nécessaire de réaliser des pauses aussi souvent, qui gâchent un temps précieux pour remplir le réservoir d’eau. De plus, une nouvelle colonne de direction à hauteur et inclinaison réglables avec une fonction de pivotement pour une montée et une descente ergonomiques et une position assise agréable, et ce même pour les conducteurs de grande taille.