13.01.2017

Du Chuenisbärgli au Lauberhorn

Aebi EC170
Aebi EC170

Aebi assiste la direction de la course pour la préparation de la plus longue descende de Coupe du monde de ski

Avec ses 4,5 km, elle est considérée comme la plus longue descente de Coupe du monde de ski FIS et est depuis 1930 une institution incontournable du ski alpin: la descente du Lauberhorn à Wengen (Suisse). Il faut environ 2,30 minutes aux athlètes pour parcourir les 1028 mètres de dénivelé; ce faisant, ils atteignent une vitesse de pointe pouvant aller jusqu’à 160 km/h. Rien d’étonnant donc à ce que l’équipe entourant le responsable de la course, Robert Lehmann, soit très exigeante en ce qui concerne la qualité de la piste et qu’une concentration totale s’impose lors des préparatifs. Comme le week-end précédent lors de la course de Coupe du monde à Adelbooden, les organisateurs à Wenger ont également misé sur le soutien des véhicules à chenilles d’Aebi. L’Aebi TT280 avec chenilles et treuil frontal est sur place, tout comme l’Aebi TT211 avec chenilles et fraiseuse à neige ainsi que le nouvel Aebi EC170 avec fraiseuse à neige.

  

Après la course, c’est avant la course. Alors que sur le Chuenisbärgli à Adelboden, après le week-end de Coupe du monde très réussi, la normalité revient petit à petit, à 30 km à vol d’oiseau seulement, à Wengen, les préparatifs de la prochaine course de Coupe du monde de ski FIS battent leur plein. Dès le mardi, grâce à de bonnes conditions d’enneigement et de météo, le premier entraînement a pu être programmé à la dernière minute. Cependant, jusqu’à la dernière minute précédant le départ du combiné alpin, le vendredi 13 janvier à 10h30, la piste est peaufinée. En effet, au cours des jours précédents, de fortes chutes de neige compliquent la tâche des préparateurs de pistes. Les deux chenilles Terratrac avec fraiseuse à neige resp. brosse à neige aident à déblayer la neige fraîche humide de la piste. Comme précédemment à Adelboden, il faut là aussi beaucoup de tact lorsque des appareils lourds sur la descente exigeante nuisent trop à la surface sensible, comme l’explique Robert Lehmann. Le responsable de course expérimenté apporte son aide à la course de Coupe du monde à Wengen depuis sa scolarité dans les années 1970. La plus longue descente au monde le fascine toujours. «La piste doit être dure mais malgré tout adhérente. Du verglas, en revanche, serait une mauvaise chose. En Suisse, chaque enfant connaît des tronçons comme le Hundschopf ou le Kernen-S. De plus, la particularité de la piste est qu’elle a été formée par la nature et non créée artificiellement par l’homme et les appareils, comme c’est le cas pour bon nombre d’autres pistes de descente.“

C’est toujours la météo qui décide de la complexité du service lors des courses du Lauberhorn. Vent et neige ont pour conséquence des nuits courtes et des journées de travail longues. Des journées de travail quelque peu facilitées à l’aide des deux chenilles Terratrac et du porte-outils électrique.

Nous souhaitons au comité d’organisation une excellente dernière ligne droite et à tous les athlètes de très bons moments, sur la plus longue descente de Coupe du monde de ski.

  

Aebi_TT211wengen_web

 Aebi TT211

 

Aebi_TT280_Wengen01_web

Aebi TT280